RESTAURANT AVEC BRUIT: UN GOÛT AMER…

RESTAURANT AVEC BRUIT: UN GOÛT AMER…

ecophon-solo-square-ceiling-panels

Tout le monde un jour s’est retrouvé autour d’une table avec des proches dans un restaurant avec tellement de bruit qu’il a été impossible de pouvoir s’entendre. Il y a deux solutions face à ce brouhaha. Ceux qui veulent continuer à discuter sont pris dans une escalade sonore éreintante : ils doivent parler de plus en plus fort pour que leurs propos émergent du bruit de fond et soient entendus de leurs voisins. En revanche, ceux qui ont des problèmes d’audition, ou ne sont pas capables d’élever la voix, décrochent et ne disent plus un mot jusqu’à la fin du repas.

Ces nuisances n’ont rien d’une fatalité. Elles sont dues à une mauvaise acoustique des lieux et à l’un des phénomènes de la physique des sons les moins connus : la réverbération. On dit qu’une salle est réverbérante quand les ondes sonores sont renvoyées par les murs, le sol, le plafond, les vitres, les tables, etc. et qu’elles continuent de se diffuser après la fin de leur émission, s’ajoutant ainsi au bruit de fond. Pour un lieu public qui accueille beaucoup de monde, c’est une catastrophe. Un bon confort sonore requiert en effet que les sons soient absorbés par les parois. Cette problématique touche aussi bien des aspects sociaux et architecturaux que médicaux, artistiques ou réglementaires.

Dans une salle de restaurant, l’acoustique est souvent considérée comme la cinquième roue du carrosse par les architectes. Le confort sonore commence à peine à être pris en compte.

 

Il n’y a pas de solution toute faite pour améliorer l’acoustique d’une salle trop bruyante. Tout dépend de l’architecture de la pièce et de son utilisation. Les bureaux en open-space, par exemple – ces grands plateaux où l’on doit pouvoir, à la fois, téléphoner tranquillement à quelqu’un et communiquer avec son voisin sans gêner les autres – posent des problèmes très particuliers. Certains installent des bandes de laine minérale recouvertes d’une protection de cellulose pour tapisser les plafonds. D’autres posent des stores à lamelles en mousse matelassée devant les très nombreuses fenêtres. Contrairement à ce qu’on imagine, le verre est tout sauf un matériau absorbant. Ce sont des solutions qui essaient de résoudre la rétention des ondes sonores.

project-123-main-street_600x400px

PBM ENGINEERING propose une étude du Temps de Réverbération, ainsi que la vente et la pose de solutions « clé en main » à des prix accessibles en utilisant des produits de première qualité. Les résultats sont techniquement impressionnants, certes mais économiquement très attirants… Car il faut penser que les clients qui ne sont pas pressés de partir, ils consommeront d’avantages !!! N’importe quel restaurateur sait de quoi il sagit…

Workers from Dreamhouse Decorating install sound-absorbing panels Monday, Aug. 25 2014 in the ceiling of Boltwood, an Evanston restaurant. From left are Acirelijus Buinickas, Dennis Venslavicius and Gary Mizaras. (Chris Walker/Chicago Tribune) From left are B583963470Z.1 -dining-09818-noisy-restaurants ....OUTSIDE TRIBUNE CO.- NO MAGS, NO SALES, NO INTERNET, NO TV, CHICAGO OUT, NO DIGITAL MANIPULATION...

Avec une solution absorbante bien étudiée et esthétiquement en accord avec l’endroit, au lieu de rebondir sur les vitres comme sur une table de ping-pong, les ondes sont absorbées par la laine minérale. Le tout en produisant de la chaleur mais, bien sûr, pas assez pour chauffer une pièce! Quand la salle est pleine, on passe de 80 décibels (dB) à 65 dB. Cette diminution est considérable, car 10 dB de moins correspondent à un son perçu comme deux fois moins fort. Ce n’est pas nécessaire ni souhaitable de descendre plus bas car le niveau minimal d’une voix parlée est de 65 dB. Les gens se sentent beaucoup mieux dans ces conditions et le repas redonne goût à la vie !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *