Connaissez-vous les normes prévues pour les protections des mains?

Connaissez-vous les normes prévues pour les protections des mains?

Normas

Tous les équipements de protection individuelle (EPI) sont soumis aux normes européennes.

Ces EPI doivent satisfaire à des exigences essentielles imposées par les directives européennes et définies par les normes (EN). Si le marquage CE permet aux produits de circuler librement à travers toute l’UE, ils doivent posséder un dossier technique, une déclaration de conformité et être accompagnés d’une notice d’utilisation rédigée dans la langue du pays où ils sont utilisés.
Parmi tous les E.P.I d’hygiène jetables ou d’usage unique (charlottes, masques, tabliers, etc.) seuls les gants répondent  à des exigences normatives, les autres équipements sont considérés comme de simples tenues de travail.
Sur les lignes de production, l’emploi de technologies avancées et le recours à des contrôles rigoureux à chaque étape de la fabrication des gants, garantissent fiabilité et sécurité. Au-delà des normes, les fabricants travaillent dans un esprit de qualité optimale afin de répondre au mieux aux exigences de ses clients.

Normes et directives concernant des gants et les EPI :

  • Directive 89/686/CEE: Relative aux Equipements de Protection Individuelle et au marquage CE.
  • Règlement  1935/2004/CEE : Relatif aux matériaux et objets entrant en contact avec les denrées alimentaires.
  • EN 420 : Gants de Protection – Exigences générales et méthodes d’essai.
  • EN 374- 1 : Gants de Protection contre les produits chimiques et les micro-organismes, Partie 1 – Terminologie et exigences de performance.
  • EN 374-2 : Gants de Protection contre les produits chimiques et les micro-organismes, Partie 2 – Détermination de la résistance à la pénétration.
  • EN 374-3 : Gants de Protection contre les produits chimiques et les micro-organismes, Partie 3 – Détermination de la résistance à la perméation des produits chimiques.

En complément, la directive 89/656/CEE concerne les prescriptions minimales de sécurité et de santé pour l’utilisation des équipements de protection individuelle : obligation de l’employeur, choix des équipements, règles générales d’utilisation et  informations aux utilisateurs.

Le processus de fabrication des gants intègre une opération de chlorination douce (effet anti-glisse) afin d’éliminer la poudre et offrant  ainsi :

  • Un « grip » supérieur et régulier pour une préhension tactile optimale en particulier pour les petits objets et les objets à surfaces lisses.
  • Une durée de vie augmentée grâce à une technologie assurant le minimum de dommages à la surface du gant.
  • Une meilleure préservation de l’environnement.
  • Une couleur plus uniforme sur l’ensemble du gant.

A propos de la norme EN 374 -2 (Résistance à la pénétration de l’air et de l’eau)

Cette norme décrit les conditions des essais de résistance des gants à la pénétration de l’air et de l’eau. Elle précise que 4 exemplaires de gants doivent être testés dans chaque taille soit un total de 20 gants. La surface du gant formant une bande de 4 cm à partir du bord de la manchette n’est pas soumise au test. Le test commence par une inspection visuelle de toute la surface du gant. Si les 3 tests (visuel, air, eau) sont satisfaisants le gant est déclaré conforme.
L’EN 374 -2 considère qu’un gant satisfaisant à ce test (EN 374 – 2) constitue une barrière efficace contre les risques microbiologiques (micro-organismes) à l’exception des virus. D’autre part, la protection contre les risques microbiologiques pourra être revendiquée si le AQL (Acceptable Quality Level, Niveau de Qualité Acceptable) est inférieur à 1.5 (niveau de contrôle G1 de l’ISO 2859).
Cet AQL est contrôlé par le service qualité du fabriquant, ce qui laisse le fabriquant libre de ces affirmations. Le nombre d’échantillons à contrôler et le nombre toléré de gants défectueux sont définis dans des tableaux de l’IS0 2859. Un AQL de 1,5 signifie par exemple qu’en fin de production, sur un  lot de 10 000 gants produits, est prélevé un échantillon de 200 gants à contrôler et que pour cet échantillon de 200 gants, la tolérance est de 7 gants défectueux maximum.

Principe du test

Fuite d’air

Un gant est immergé dans l’eau puis gonflé d’air à des pressions proportionnelles à l’épaisseur du gant définies dans l’EN 374 – 2. La pression doit être atteinte en 2 minutes et la durée de l’examen (présence ou non de bulles) ne doit pas excéder 30 secondes. Si aucune bulle n’apparait le gant est conforme.

Fuite d’eau 

Le gant est rempli d’eau (environ 1 litre à température ambiante), il est immédiatement examiné afin de repérer d’éventuelles fuites. Si aucune fuite n’est détectée, une deuxième inspection est effectuée 2 minutes après. Si des gouttelettes apparaissent sur la surface du gant, le gant n’est pas conforme.

Observation
Les niveaux de performance sont basés sur les résultats d’essais en laboratoire lesquels ne reflètent pas toujours les conditions réelles d’utilisation. Sur les lieux de travail, divers autres facteurs tels que la température, l’abrasion, la dégradation, les produits manipulés, influent sur le comportement du gant. Rien ne remplacera les essais en conditions réelles pour déterminer la résistance du gant et son adéquation avec les taches envisagées.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *